Consentement des futurs époux ou conjoints

Durant la cérémonie, les futurs époux ou conjoints doivent être en mesure de donner, en personne, un consentement libre et éclairé. Le célébrant doit donc veiller à la qualité du consentement qui sera exprimé.

Cela signifie qu’une personne ne doit pas être forcée de se marier ni de s’unir civilement. De plus, le consentement doit être donné en toute connaissance de cause.

Échange de consentements

Chacun des futurs époux ou conjoints doit faire cette déclaration en présence des deux témoins, en donnant clairement et librement son consentement à prendre l’autre personne pour époux ou conjoint.

Cette étape doit être faite en français ou en anglais. Si le célébrant ou l’un des futurs époux ou conjoints ne comprend pas la langue utilisée ou ne peut s’exprimer dans cette langue, les futurs époux ou conjoints doivent fournir les services d’un interprète qui n’est pas membre de leur famille.

Depuis 2018, il n’existe plus de formule consacrée pour faire l’échange de consentement (exemple : Oui, je le veux!).

Haut de page

Échange des anneaux

L’échange des anneaux est une pratique symbolique qui n’est pas encadrée par la loi.

Ainsi, les futurs époux ou conjoints peuvent choisir ou non de l’intégrer à la cérémonie, selon leurs préférences et croyances.

Haut de page

Date de révision : 2019-03-27


Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre.

© Gouvernement du Québec, 2021

Revenir au menu principal